[FR] XXL - Julia Bell


Titre : XXL
Auteur : Julia Bell
Titre original : Massive (anglais)
Traducteur : Emanuelle Pingault
Éditeur : Milan (Macadam)
Date de publication : 2002 (Traduction française : 2004)
Pages : 286
 

Ventre : Là, je dois m'arrêter pour le faire rentrer d'un coup de poing. Il dépasse trop, il fait masse, il me donne l'air d'être enceinte. Il devrait être plat.*
_________________________________ 

"- Si j'étais aussi grosse qu'elle, je me tuerais, dit Maman en montrant du doigt une photo de Marilyn Monroe dans son magazine.
Je suis dans la cuisine, en train de faire griller du pain. Maman n'achète que du pain danois, à faible teneur en sel, le genre qui contient plus d'air que de farine. Son nouveau régime l'autorise à en manger deux tranches au petit déjeuner.
- Tu me préviendrais, hein, si j'étais grosse comme ça?
Je me tourne vers elle, je vois ses os à travers ses vêtements. Je mens :
- Evidemment.
Le poids a toujours été un sujet épineux pour Carmen. Rien de surprenant : sa propre mère lui répète comme une litanie qu'être mince, c'est être belle ; c'est réussir dans la vie ; c'est obtenir tout ce que l'on veut... Alors, c'est simple : Carmen sera mince. Quel qu'en soit le prix.



XXL, un titre qui en dit long sur le thème principal du roman. Mise en scène dans notre société actuelle où l’apparence est de plus en plus importante, l’histoire est racontée par Carmen, une adolescente qui se cherche. Perdue dans un tourbillon de situations difficiles, entre la séparation de ses « parents », son déménagement dans une ville qu’elle ne connaît pas et les problèmes de poids de sa mère, obsédée par les régimes, elle va décider de changer son apparence, espérant que cette transformation résoudra tous ses problèmes…
Aujourd’hui, l’anorexie touche de plus en plus de personnes en raison de la minceur « idéale » vantée dans toutes les sortes de publicité imaginables. Il est donc normal que de nombreux romans se penchent sur ce problème. Destiné aux jeunes, XXL est cependant bien différent de tous les ouvrages parlant des problèmes de poids et d’anorexie que j’ai pu lire auparavant.
En effet, si on se rend vite compte que Maria, la mère de Carmen, est obsédée par son apparence et ses régimes, le problème de l’anorexie ne fait véritablement son apparition qu’après la moitié de l’histoire. Il est bien sûr présent auparavant, mais il faut savoir lire entre les lignes pour le déchiffrer. Ce n’est qu’après un enchaînement de mauvaises expériences que Carmen, qui adore la nourriture grasse venant du McDonald’s et les sucreries, décide de se mettre sérieusement au régime… et bascule dans la spirale infernale.
Ce passage se fait imperceptiblement, de manière presque naturelle. Par la suite, Julia Bell nous fera bien comprendre de quoi il s’agit, mais contrairement à bien des auteurs, j’ai trouvé qu’elle restait particulièrement objective, évitant de prendre parti ou de nous influencer.
Comme souvent, l’anorexie n’est pas un problème isolé. Dès le début de l’histoire, on comprend la situation difficile de Carmen, tant du point de vue familial que parce qu’elle est en pleine adolescence, période où elle recherche son identité. Si elle parait tout d’abord indécise, plutôt prête à suivre les autres t à obéir qu’à prendre des décisions et tracer son propre chemin, elle subira bien vite d’intéressants changements, tant du point de vue de sa maturité que du côté physique.
Carmen étant la narratrice, c’est elle que l’on connaît le mieux. On rencontre donc les autres personnages par son regard et les expériences qu’elle fait. Il est donc normal qu’ils soient moins détaillés qu’elle, mais j’ai tout de même trouvé qu’ils étaient quelque peu caricaturaux : la grand-mère qui regarde la télé tout la journée en s’empiffrant, le grand-père qui passe son temps au pub, la mère obsédée par son poids et son apparence, le père qui donne de la nourriture grasse à Carmen en douce… pour n’en citer que quelques uns.
Malgré un thème sérieux et lourd, Julia Bell ne tombe pas dans le drame, ce qui est appréciable. Plusieurs scènes comportent des touches d’humour, d’autres – en particulier celles avec Lisa – sont émouvantes. Le fait que ce soit une adolescente qui nous raconte son histoire y est sans doute pour beaucoup aussi car elle nous livre les choses de manière simple, sans longues explications, sans jugement. L’écriture est donc fluide, comportant de nombreux passages au style oral et « jeune », et le roman se lit très rapidement.
Si certaines scènes sont relativement longues au début – car la vie de Carmen n’est pas ce qu’il y a de plus excitant – la fin est très (voire trop) rapide. En effet, la tension se construit en crescendo à mesure que l’état de Carmen et sa mère s’aggrave. Une scène en particulier est extrêmement forte en émotions et je pense que bon nombre de lecteurs seront révoltés contre le comportement de la mère – je n’en dis pas plus, je vous laisse découvrir par vous-mêmes de quoi il s’agit. Les quelques dernières pages, malgré un rythme exagéré et une révélation qui n’en est pas vraiment une – qui ne l’avait pas devinée ?! – se terminent avec une scène très imagée qui, j’ai trouvé, se marie très bien avec le reste du livre et ses personnages qui basculent sans cesse d’un extrême à l’autre.
XXL est donc une lecture agréable et différente en plusieurs points de nombreux autres livres jeunesse traitant du même sujet. Bien que « clichés », les personnages sont plutôt attachants mais auraient, pour certains, mérité d’être un peu plus développés. On a un mélange de scène pleines d’émotions et d’humour qui entraînent une grande variété de sentiments chez le lecteur, de la révolte au bonheur et au soulagement, en passant par la tristesse et le désespoir… Un portrait relativement noir de notre société.
Ce livre plaira sans doute principalement aux jeunes, surtout aux filles, car ce sont elles qui sont généralement touchées par l’anorexie. Plus qu’un simple roman traitant de ce thème précis, c’est l’histoire d’une adolescence difficile et d’une quête de soi et de sa propre personnalité que de nombreuses personnes vivent à un moment ou à un autre. En résumé, une lecture rapide et divertissante pour un sujet sérieux, mais traité de manière juste et émouvante.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Adrian McKinty (1) Alexander Key (1) Alexander Maksik (1) Alexis Hayden (1) Amanda Kyle Williams (1) Ambre Dubois (2) Amélie Nothomb (1) Ange Godart (1) Angélique Ferreira (1) Anita Shreve (1) Ann Patchett (1) Annabelle Valenzuela-Alarcon (1) Arnaldur Indridason (1) Aurélien Molas (1) Bernard Lenteric (1) Carol Higgins Clark (1) Céline Gierts (1) Chloé Bourdon (1) Christian Bindner (1) Dan Brown (1) Dan Millman (1) Danielle Steel (1) Delphine de Vigan (1) Domnica Radulescu (1) Donna Leon (1) Emily Brontë (1) Emylia Hall (1) Éric-Emmanuel Schmitt (1) Erik Larson (1) Franck Thilliez (1) Fred Vargas (2) Gerbrand Bakker (1) Hallgrímur Helgason (1) Henning Mankell (2) Henri Beaudout (1) Henri Lœvenbruck (1) Ian McEwan (1) Inti Salas Rossenbach (1) J.K. Rowling (2) Jack Thorne (1) Jacques Côté (1) Jean-Charles Hue (2) Jenny Sigot Müller (1) Jo Nesbø (1) Jodi Picoult (1) Joël Vernet (1) John Brandon (1) John Tiffany (1) John Wyndham (1) José-René Mora (1) Julia Bell (1) Julien Blanc-Gras (1) Jussi Adler-Olsen (1) Kari Kinard Pratt (1) Kate Atkinson (1) Kent Johnson Olsen (1) L.F. Falconer (1) Laura Gardner (1) Laura Kasischke (1) Lawrence W. Gold (1) Lewis Carroll (2) Lionel Camy (1) M.L. Stedman (1) Malcolm MacKay (1) Marian Izaguirre (1) Marie Laberge (1) Marina Lewycka (1) Markus Zusak (1) Mary Higgins Clark (1) Mary Hoffman (6) Mathieu Dombre (1) Matthias Rouage (1) Michael Morpurgo (3) Michel Bussi (2) Mikkel Birkegaard (1) Misha Defonseca (1) Monica Kristensen (1) Natacha Catel (1) Pablo Mehler (1) Penny Hancock (1) Peter May (1) Philippe H. Besancenet (1) Pierre Thiry (1) Rachid Santaki (1) Rawia Arroum (1) Raymonde Malengreau (1) Rhonda Byrne (1) Riikka Pulkkinen (1) Robert Galbraith (J.K. Rowling) (3) Rodrigo Rey Rosa (1) Rosamund Lupton (1) Ruta Sepetys (1) Ruth Rendell (1) Sandrine Collette (2) Sarah Latham (illustrator) (1) Sarah Singleton (2) Sheri Speede (1) Sofi Oksanen (1) Stef Penney (1) Susanne Mischke (1) Tatiana de Rosnay (5) Victoria Hislop (1) Viveca Sten (1) William Morris (1) Yasmina Khadra (1)

 
Design by Laraemilie